Discussion générale sur le Rock Progressif

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede stan » 11 Oct 2010 23:52

Ce sous-forum est réservé aux échanges autour du Rock progressif. Merci d'éviter les "Hors-sujets".
Avatar de l’utilisateur
stan
VALien modérateur +
VALien modérateur +
 
Messages: 20175
Inscription: 12 Aoû 2009 06:54

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede ruchman » 19 Déc 2012 12:15

Salut,
un petit passage pour parler des deux albums que j'écoute en boucle en ce moment :

Jethro Tull - Tick as a brick
cover-jethro_tull-thick_as_a_brick-300x300.jpg
cover-jethro_tull-thick_as_a_brick-300x300.jpg (38.84 Kio) Vu 8318 fois

King Crimson - In the court of Crimson King
king-crimson.jpg
king-crimson.jpg (44.67 Kio) Vu 8318 fois


:tresbon:
Avatar de l’utilisateur
ruchman
grand VALien +
grand VALien +
 
Messages: 831
Inscription: 11 Nov 2011 11:13
Localisation: Versailles (78)

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede quasar lux » 29 Déc 2012 21:05

GALAAD "Vae Victis" Suisse 1996

"L'Epistolier" ouvre le bal avec une puissance ethno-progressive qui décaperait le conduit auditif du dernier résidu de cérumen. Les textes et le chant énergiques finissent de nous mettre à terre. Pour couronner le tout, une production à la hauteur et des musiciens exemplaires nous font la démonstration que le rock progressif peut être moderne, revendicatif et technique. Avec le titre "Seul", le groupe persiste et signe, éradiquant nos derniers doutes sur sa suprématie franco-progressive. En 2 disques, ils deviennent une référence que l'on pourrait citer aux côtés de Ange.

Je ne décrirai pas les morceaux un par un car la démonstration doit être musicale et lyrique. L'auditeur comprendra mieux en écoutant des titres comme "A Chacun Sa Cible", "Une Rose Noire", "Les Ondes" ou "La Loi De Brenn", compositions exceptionnelles nous délivrant ce que le rock français peut faire de mieux : Originalité, émotion, mélodie.

Malgré une écoute des 2 disques du groupe sur plus de 10 ans, je n'éprouve aucune lassitude et les frissons sont encore là.

Cet album resté dans l'ombre mérite de passer à la postérité. Galaad nous assène ici sa dernière salve musicale car il s'est dissout faute de popularité. La brièveté de sa carrière nous laisse cet orphelin, Vae Victis, que nous nous devons d'élever au plus haut rang... A la place qui lui est due, là où les nuages sont des mers de coton, tout près du soleil, et pas si loin des Ange(s).

TROLL
Avatar de l’utilisateur
quasar lux
 
Messages: 2946
Inscription: 02 Mar 2010 18:17
Localisation: Entre Besançon et.......Vesoul.

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede MAELISSIMO » 03 Jan 2013 09:50

quasar lux a écrit:GALAAD "Vae Victis" Suisse 1996

"L'Epistolier" ouvre le bal avec une puissance ethno-progressive qui décaperait le conduit auditif du dernier résidu de cérumen. Les textes et le chant énergiques finissent de nous mettre à terre. Pour couronner le tout, une production à la hauteur et des musiciens exemplaires nous font la démonstration que le rock progressif peut être moderne, revendicatif et technique. Avec le titre "Seul", le groupe persiste et signe, éradiquant nos derniers doutes sur sa suprématie franco-progressive. En 2 disques, ils deviennent une référence que l'on pourrait citer aux côtés de Ange.

Je ne décrirai pas les morceaux un par un car la démonstration doit être musicale et lyrique. L'auditeur comprendra mieux en écoutant des titres comme "A Chacun Sa Cible", "Une Rose Noire", "Les Ondes" ou "La Loi De Brenn", compositions exceptionnelles nous délivrant ce que le rock français peut faire de mieux : Originalité, émotion, mélodie.

Malgré une écoute des 2 disques du groupe sur plus de 10 ans, je n'éprouve aucune lassitude et les frissons sont encore là.

Cet album resté dans l'ombre mérite de passer à la postérité. Galaad nous assène ici sa dernière salve musicale car il s'est dissout faute de popularité. La brièveté de sa carrière nous laisse cet orphelin, Vae Victis, que nous nous devons d'élever au plus haut rang... A la place qui lui est due, là où les nuages sont des mers de coton, tout près du soleil, et pas si loin des Ange(s).



:thumbsup:
Ca donne envie, merci pour le conseil
Avatar de l’utilisateur
MAELISSIMO
grand VALien
grand VALien
 
Messages: 1509
Inscription: 23 Mar 2012 21:31
Localisation: Bretagne Nord

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede quasar lux » 08 Jan 2013 22:40

Jadis fut constitué dès 1982 à Southampton par le chanteur et guitariste Gary Chandler. Deux années plus tard, le groupe enregistra sa première démo, intitulée Baboon Enquiries, qui comportait sept titres. Quatre autres bandes démos furent ensuite réalisées en 1987 et 1988 mais c'est à partir de 1989 que l'on peut retrouver les premières traces discographiques du groupe sous la forme d'un LP éponyme produit en partie par le guitariste de Marillion, Steve Rothery, LP aujourd'hui quasiment introuvable. A cette époque, Jadis avait déjà établi des accointances avec un autre combo de néo-prog nommé IQ. Le groupe prit alors en charge les premières parties des concerts de IQ et de Marillon, remportant un succès d'estime qui lui permettra d'enregistrer son premier vrai album : More Than Meets the Eye (Giant Pea Electric, 1992). D'autres suivront et Jadis effectuera une carrière fort honorable dans le sillage d'IQ dont il n'atteindra pourtant jamais la renommée. Dans l'histoire du rock progressif, Jadis apparaît aujourd'hui comme un groupe de seconde division et rares sont les archivistes de cette musique qui lui rendent justice. Dommage car, au regard des albums qu'il a laissé derrière lui, Jadis a produit une musique de qualité, comparable à celle d'IQ bien que plus musclée et avec davantage de guitares. En tout cas, dans mon histoire personnelle, Jadis occupe une place à part en tant que l'un des pionniers du nouveau prog au même titre que Pendragon, Marillon, Pallas et IQ.

TROLL
Avatar de l’utilisateur
quasar lux
 
Messages: 2946
Inscription: 02 Mar 2010 18:17
Localisation: Entre Besançon et.......Vesoul.

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede pat59 » 14 Jan 2013 18:58

Bonjour ,
pour les fans de "prog" je vous conseilles STEVEN WILSON ? son dernier album (the raven ... ) est simplement GEANT , et en plus , produit par MONSIEUR ALAN PARSON :love: :thumbsup:
Avatar de l’utilisateur
pat59
grand VALien
grand VALien
 
Messages: 2188
Inscription: 25 Déc 2009 12:04
Localisation: lille dans le nooord!

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede pat59 » 14 Jan 2013 19:22

Petite rectification : j'ai oublié un S à PARSONS . :alzheimer: Une autre vidéo
Avatar de l’utilisateur
pat59
grand VALien
grand VALien
 
Messages: 2188
Inscription: 25 Déc 2009 12:04
Localisation: lille dans le nooord!

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede quasar lux » 18 Jan 2013 15:24

magenta-seven-front.jpg
magenta-seven-front.jpg (96.33 Kio) Vu 8077 fois


Formé en 2001 autour du pianiste Rob Reed et de la chanteuse Christina Booth, Magenta a sorti depuis cette date cinq disques en studio, fort appréciés des amateurs, à raison d’un tous les trois ans. Leur style néo-prog symphonique associé à la voix agréable de la chanteuse rendent leurs albums particulièrement accessibles et certains s’étonneront sans doute que Magenta n’ait jamais grimpé plus haut dans l’échelle des valeurs progressives.....Ca viendra certainement.

TROLL
Avatar de l’utilisateur
quasar lux
 
Messages: 2946
Inscription: 02 Mar 2010 18:17
Localisation: Entre Besançon et.......Vesoul.

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede quasar lux » 19 Jan 2013 16:16

SYNDONE "la bella è la bestia"

La belle et la bête est un concept album qui, en partant du conte de fée dans la version de Leprince de Beaumont de 1756 cherche simplement à
considérer les actions et les personnages d'un point de vue différent à travers les yeux de l'homme contemporain avec ses sentiments de culpabilité, ses
rivalités, les jeux sournois du couple et ses vengeances.

Les personnages sont, la belle, la bête, le père de belle, la rose et le narrateur.

Ils s'alternent entre les morceaux du disque avec des timbres vocaux parfois caricaturaux, d'autres par contre avec des modulations qui cherchent à
éclairer les côtés obscurs des identités en jeu.

La rose symbole de beauté, pureté, d'unicité et de complètude sort indemne de toute implication musicale et agression verbale, la rose est dans cette
relecture l'élément qui renferme le concept de beauté et de bestialité, ce concept est complet et tout tend vers lui.

Les personnages représentent uniquement une partie des vertus de la rose, ils utilisent la fleur pour combler leur propre côté obscur en l'insérant
dans des tourbillons d'évènements et de passions. A la différence de la rose, ils ne suffiront jamais à eux mêmes et ils n'établiront jamais un rapport
d'équilibre avec ce qui les entoure à moins de créer par leurs unions, des rapports "pathologiques" dans lesquels déverser leurs propres tensions.

La rose, dans son unicité sublime en soi chaque chose et met l'accent sur les doutes et sur les comportements sociaux de notre culture occidentale.

untitled.JPG
untitled.JPG (103.8 Kio) Vu 8101 fois


TROLL
Avatar de l’utilisateur
quasar lux
 
Messages: 2946
Inscription: 02 Mar 2010 18:17
Localisation: Entre Besançon et.......Vesoul.

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede quasar lux » 22 Jan 2013 17:24

MOGADOR "Absinthe tales of romantic visions"

Une fois de plus, la musique de Richard George ALLEN (batterie, voix et percussions) et Luca BRICCOLA (guitares, claviers, basse, flute, orchestrations et chœurs, ouf !...) a évolué, gagnant nettement en complexité, choisissant ici de se frotter aux affres du romantisme originaire, entre extases et angoisses exaltées, et n’hésitant pas à puiser son chant à la source des plus grands écrivains du genre : COLERIDGE, BRÖNTE, BLAKE, POE, BYRON, BEAUDELAIRE ! Ne manquaient que RIMBAUD et quelques allemands finalement... Le trait d’union de cet album : la fée verte….Ainsi, « Absinthe Tales Of Romantic Visions » s’aventure donc à décliner les effets frappants et frappeurs de ce breuvage, dont le succès fut si considérable en France que les viticulteurs, alors en crise, en obtinrent l’interdiction définitive dès 1910, accusant cette liqueur de rendre fou et épileptique, ce que tout le monde a cru jusqu’aujourd’hui encore, malgré une ré-autorisation très récente (2010!)… Pourtant, les plus belles pages de la poésie symboliste et littérature romantique (en plus d’autres substances) sont étroitement liées à cette fée aussi dénommée « bleue »… Voilà donc un sujet augurant de mélancolie, lyrisme et noirceur…

Les influences dans cet opus sont nombreuses et contrastées, comme attendu : GENESIS pour commencer (arpèges banksiens, pour le romantisme, forcément… interludes hacketiens aux guitares acoustiques, magnifiques), SATIE, pour la mélancolie et l’abstraction, mais aussi JETHRO TULL période « Thick As A brick » ou « Songs From The Wood » (digressions bucoliques, splendides et délicates, ondulations de flute), YES (voix à la Jon Anderson, folk et chœurs typiques), ANGLAGARD (pour le symphonisme sombre, froid et bouillonnant, « Prometheus » étant le morceau de bravoure), VERSUS X (chants parfois, arabesques, son de la guitare, place et jeu du piano), jazz (un peu), metal ou hard rock (riffs et trilles de guitare disto), et présentant donc, en plus d’un néo symphonisme souvent superbe, des accents dramatiques et tourmentés, inédits jusqu’ici…

On assiste là à un album protéiforme, très talentueux, bourré de mélodies, plein de rebondissements, mais à hauteur d’homme, donc humble, et d’une grande beauté… Le registre étant assez étendu et varié, MOGADOR a fait appel à pas moins de cinq intervenants au chant, hommes et femme, conférant définitivement à « Absinthe Tales Of Romantic Visions » un parfum d’aventure absolument délicieux (BAUDELAIRE y est d’ailleurs magnifiquement lu par Curzio Galante, et en français dans le texte, s’il vous plaît), bref, le charme opère totalement Le niveau des musiciens est impeccable, avec une mention toute particulière pour tous les claviers, ainsi que les chœurs. La mise en son est splendide, profonde et précise, meilleure que jamais, les arrangements sont très soignés, inventifs et élégants, et les réécoutes n’en sont que la confirmation, à l’image (on y revient et la boucle est ainsi bouclée) de cette fameuse absinthe : enivrante, corsée, puissante et douce à la fois, faisant de vous, à chaque nouvelle occasion, un esclave un peu plus condamné aux tourments du plaisir… Ainsi, et on pouvait s’y attendre, MOGADOR apparaît désormais comme indispensable aux valeurs classiques du prog, tout comme cette cuillère percée et ouvragée l’est au sucre, préalablement imbibé de liqueur, et fondant déjà sous les flammèches bleutées, sages et folles…
mogador-absinthe_tales_of_romantic_visions.jpg
mogador-absinthe_tales_of_romantic_visions.jpg (70.73 Kio) Vu 8269 fois


TROLL
Avatar de l’utilisateur
quasar lux
 
Messages: 2946
Inscription: 02 Mar 2010 18:17
Localisation: Entre Besançon et.......Vesoul.

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede quasar lux » 31 Jan 2013 19:44

FROMUZ "Seventh Story"

Voilà une très bonne surprise venant tout droit d’Asie centrale et plus précisément d’Ouzbékistan (d’où leur nom!). From.UZ à l’origine est un groupe composé de 5 musiciens et produisant une musique instrumentale, savant mélange de rock progressif, de jazz fusion et d’improvisation avec une bonne dose d’influences classiques et européennes. Pour ce 3ème album, ils ont inclus des parties de chant. Je vous invite vraiment à prêter une oreille attentive à cet album dont la production est sans faille.

l.jpg
l.jpg (61.96 Kio) Vu 8250 fois


TROLL
Avatar de l’utilisateur
quasar lux
 
Messages: 2946
Inscription: 02 Mar 2010 18:17
Localisation: Entre Besançon et.......Vesoul.

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede quasar lux » 07 Fév 2013 14:16

SANHEDRIN "Ever After"

Nouveau groupe venant d'Israël, opus totalement instrumental frais et pastoral avec une flûte qui n'est pas sans rappeler Jethro Tull....
A rapprocher aussi du meilleur Camel.

sanhedrin-ever_after-2f13c7b.jpg
sanhedrin-ever_after-2f13c7b.jpg (69.82 Kio) Vu 8176 fois


TROLL
Avatar de l’utilisateur
quasar lux
 
Messages: 2946
Inscription: 02 Mar 2010 18:17
Localisation: Entre Besançon et.......Vesoul.

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede quasar lux » 10 Fév 2013 12:26

cover-hidden-lands.jpg
cover-hidden-lands.jpg (77.95 Kio) Vu 8129 fois


Dans un même opus, on retrouve la mélodie et la délicatesse du grand Genesis, un côté plus classique proche de Neil Young ou de Joe Jackson, mais aussi le punch d'un Porcupine Tree. D'ailleurs, le niveau de composition me semblera souvent proche du grand Steven Wilson. Pour ce qui est des instruments à claviers, c'est incontestablement le meilleur album de l'année ! On y retrouvera même à plusieurs reprises les chassés-croisés chers à Collins et Banks.
Ces Suédois ont frappé un grand coup.

TROLL
Avatar de l’utilisateur
quasar lux
 
Messages: 2946
Inscription: 02 Mar 2010 18:17
Localisation: Entre Besançon et.......Vesoul.

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede MAELISSIMO » 10 Fév 2013 16:53

quasar lux a écrit:
cover-hidden-lands.jpg


Dans un même opus, on retrouve la mélodie et la délicatesse du grand Genesis, un côté plus classique proche de Neil Young ou de Joe Jackson, mais aussi le punch d'un Porcupine Tree. D'ailleurs, le niveau de composition me semblera souvent proche du grand Steven Wilson. Pour ce qui est des instruments à claviers, c'est incontestablement le meilleur album de l'année ! On y retrouvera même à plusieurs reprises les chassés-croisés chers à Collins et Banks.
Ces Suédois ont frappé un grand coup.




:thumbsup:
De la façon dont tu en parles ça donne envie d'écouter, merci donc pour le conseil
Avatar de l’utilisateur
MAELISSIMO
grand VALien
grand VALien
 
Messages: 1509
Inscription: 23 Mar 2012 21:31
Localisation: Bretagne Nord

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede quasar lux » 21 Fév 2013 12:42

ANGE "Guet Apens"

Avec Guet Apens, les années 80 s'annoncent, même si on n'est qu'en 1978. On sort du rock médiéval pour entrer dans l'époque contemporaine. Fini les fées, les apprentis sorciers et les légendes de Franche Comté du vieil Emile. Sans rien renier pour autant. On y gagne en gravité ce qu'on y perd en racines.

Avec "Dans les poches du berger", on reste dans l'évocation poétique pure. Avec "Le trou dans la case", on est dans la provocation gentille, d'un ado qui se tripote en classe en regardant la maîtresse... Remarquable musique, comme toujours. Mais bon. C'est vrai qu'on est loin d'Emile. "Virgule", poésie érotique tout en subtilité. Jusque là, c'est un bel album, très réussi, mais on ne touche pas au sublime.

C'est alors que la double baffe arrive. Avec "Réveille-toi", c'est bien de nécrophilie dont il est question: "je veux que ce coït fasse que tu ressucites"... Interprétation hallucinée à propos de cet homme qui fait l'amour au cadavre de la femme qu'il aimait. Voilà notre Emile qui doit se retourner dans sa tombe (je sais, c'est pas drôle). Décrire ce morceau n'a aucun sens. Il faut l'écouter. Du grand Ange.

Deuxième baffe, "Capitaine Coeur de Miel", 14 minutes d'évocation géniale des malheurs d'un vieux marin ivre, qui a besoin de déverser son fiel à la mer... "Des enfants de salauds engrossaient la soute, quand il était entre deux ports". La vache... Pauvre vieux Capitaine. Qui se console avec sa bouteille. On part dans l'hallucination alcoolique du vieux Coeur de Miel avec une véritable symphonie rock sans égal. Un des plus beaux morceaux du groupe, d'une rigueur implacable et d'une puissance évocatrice sans égale. On est à mille années lumière de la musique qui pétille et qui brille mais qui n'a pas de goût. Inégalé.!!! :thumbsup:

Ange-Guet-apens.jpg
Ange-Guet-apens.jpg (86.21 Kio) Vu 8157 fois



TROLL
Avatar de l’utilisateur
quasar lux
 
Messages: 2946
Inscription: 02 Mar 2010 18:17
Localisation: Entre Besançon et.......Vesoul.

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede quasar lux » 03 Mar 2013 22:57

NOLAN WAKEMAN "the hound of Baskerville"


Le disque est un concept album basé sur le fameux Roman de Conan Doyle, le chien des baskervilles (Qui ne l'a pas lu). La musique est un mélange de néo progressif et de rock symphonique style musique de film.

Trois voix se succèdent dont deux voix masculines du plus bel effet. L'une assez grave et caverneuse et l'autre un peu cassée. La troisième est celle d'une chanteuse qui me fait un peu penser à Cindy Lauper. Plusieurs parties de l'histoire ne sont pas chantées mais racontée à la jeff Wayne et sa guerre des mondes. Coté instrument, ce sont les claviers qui sont à l'honneur, Oliver est le digne rejeton de son père... :monpote:
Une réussite dans le genre.....

cover_1159141982009-233333f.jpg
cover_1159141982009-233333f.jpg (61.41 Kio) Vu 8008 fois


TROLL
Avatar de l’utilisateur
quasar lux
 
Messages: 2946
Inscription: 02 Mar 2010 18:17
Localisation: Entre Besançon et.......Vesoul.

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede JPB » 06 Mar 2013 13:50

ange.jpg
ange.jpg (50.89 Kio) Vu 7932 fois
[quote="quasar lux"]ANGE "Guet Apens"

Avec Guet Apens, les années 80 s'annoncent, même si on n'est qu'en 1978. .....

en 1972 (5 juin) le premier 30cm "CARICATURES".. le groupe apparait dans la tournée du "Johnny Hallyday circus"
Philips fait la promo du vinyle avec cette pochette hors commerce...


ouaouh! ça nous rejeunit pas...



:ci:
Avatar de l’utilisateur
JPB
grand VALien
grand VALien
 
Messages: 526
Inscription: 07 Oct 2011 01:58
Localisation: 25000 FRANCHE COMTE

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede JPB » 09 Mar 2013 11:11

JPB a écrit:
ange.jpg
quasar lux a écrit:ANGE "Guet Apens"

Avec Guet Apens, les années 80 s'annoncent, même si on n'est qu'en 1978. .....

en 1972 (5 juin) le premier 30cm "CARICATURES".. le groupe apparait dans la tournée du "Johnny Hallyday circus"
Philips fait la promo du vinyle avec cette pochette hors commerce...


ouaouh! ça nous rejeunit pas...



:ci:


Glups! comment ai je fait pour "imbriquer la citation" ?
erreur involontaire de manip...je m'en excuse aupres du "cité" mais c'etait bien en reponse à son post :yes:
Avatar de l’utilisateur
JPB
grand VALien
grand VALien
 
Messages: 526
Inscription: 07 Oct 2011 01:58
Localisation: 25000 FRANCHE COMTE

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede quasar lux » 19 Mar 2013 15:08

INFERNO The divine comedy

En écoute aujourd'hui. Inferno coffret quatre cds !!!!!!!

Et voici encore un mega projet conjoint du magazine finlandais Colossus et du label français Musea ! Après des œuvres aussi différentes et marquantes que « The Colossus Of Rhodes » ou encore « Treasure Island », c’est au tour de l’œuvre de Dante
Alighieri, écrivain florentin du Moyen Age, d’être disséquée à la sauce progressive. Son œuvre la plus marquante et connue « La Divine Comédie » est ainsi à l’honneur des 4 CD qui composent ce magnifique coffret . Ce projet n’en est qu’à son premier tiers puisqu’il y aura deux autres suites.

L’œuvre originale comporte cent actes, divisés en trois phases, l’enfer, le purgatoire et le paradis. Ce coffret comporte donc les 34 « cantos » qui font partie de « l’Enfer ». Comme d’habitude avec ce genre de projets, il y avait un cahier des charges simple à respecter : pas de boite à rythmes et autres machines dénuées d’âme et n’utiliser que des instruments issus des glorieuses seventies. Il va sans dire que l’inspiration musicale devait aussi venir directement des années 70, cela va de soi ! Sachez seulement que les groupes (connus ou méconnus) ont tous forcé l’admiration en rendant chacun des morceaux dignes de l’œuvre en question. De plus tous ces titres sont des inédits enregistrés pour l'occasion.


Vous en aurez pour votre argent avec une telle somme de musique. D’autant que le label a aussi mis les petits plats dans les grands avec un magnifique et ultra copieux livret présentant chacune des parties de l’œuvre de DANTE mais aussi chacun des groupes oeuvrant sur la musique ! N’oublions pas de citer la superbe pochette de David Guidoni qui a d'ailleurs reçu le prix de la meilleure pochette en 2008 ! En résumé, une œuvre Colossale indispensable pour tous les amoureux du prog’ estampillé seventies… :thumbsup:

Inferno+Part+2+Dantes+Divine+Comedy.jpg
Inferno+Part+2+Dantes+Divine+Comedy.jpg (34.97 Kio) Vu 8145 fois


TROLL
Avatar de l’utilisateur
quasar lux
 
Messages: 2946
Inscription: 02 Mar 2010 18:17
Localisation: Entre Besançon et.......Vesoul.

Discussion générale sur le Rock Progressif

Messagede quasar lux » 27 Mar 2013 11:26

XANG "The last of the lasts"

Concept album sur la première guerre mondiale entièrement instrumental, « The Last Of The Lasts » est la deuxième réalisation après huit années de silence du quatuor français Xang, originaire de Cambrai.

En effet, leur métal progressif sur « Destiny For A Dream » s’est transformé en un rock progressif instrumental s’aventurant par moment vers le jazz rock technique (« On Leave ») tout en gardant bien évidemment de nombreux passages plus métal. La guitare d’Antoine Duhem, qu'elle soit acoustique ou électrique, est souvent à l’honneur. Celle-ci fait d’ailleurs souvent penser à Steve Hackett notamment sur les parties acoustiques (début de « Sacrifice » et de « Verdun »). Les claviers de leurs côtés se contentent souvent de tisser les ambiances, travail moins spectaculaire au premier abord, mais tout autant capital, leurs excellentes prestations respectives étant évidemment bien complétés par une section rythmique fort efficace…

Ce ne sont donc pas des manches et ça s’entend ! Côté compositions, il faut bien reconnaître qu’à l’exception notable de « Sons Of The Empire », celles-ci possèdent toutes l’immense qualité d’avoir toujours un petit quelque chose permettant à l’auditeur de ne pas avoir envie de les zapper.

Pour les sept autres titres restants, inutile de les détailler un à un... Tout juste me permettrais-je de citer le jazzy « On Leave », magistralement maîtrisé, un « Verdun » d’excellente facture aux multiples rebondissements, sans doute le titre le plus poignant de l’album, ou bien le plus pêchu « Mud ».

Au final, The Last Of The Lasts n’est rien de moins qu’une très bonne sortie progressive qui plus est française. L’album est suffisamment varié et inspiré pour définitivement placer Xang dans les groupes à suivre de près dans l’avenir. Si vous n’êtes pas réfractaire au style entièrement instrumental, donnez lui sa chance, il la mérite amplement ! Reste maintenant à espérer qu’il ne nous faudra pas attendre encore près d’une dizaine d’années pour écouter un successeur à cet album.

5b13d80e37cdcc37834e88fc51de29ea.jpg
5b13d80e37cdcc37834e88fc51de29ea.jpg (85.89 Kio) Vu 8012 fois
TROLL
Avatar de l’utilisateur
quasar lux
 
Messages: 2946
Inscription: 02 Mar 2010 18:17
Localisation: Entre Besançon et.......Vesoul.

Suivante

Retourner vers Rock progressif

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité